Thich Nhat Hanh : La nourriture essentielle

Tags: communication, mindfulness, pleine conscience, Thich Nhat Hahn

Extrait de "L'art de communiquer en pleine conscience"

Thich Nhat Hanh
Thich Nhat Hanh

" Les conversations qui ont lieu autour de nous, comme celles auxquelles nous participons, sont aussi de la nourriture. Confectionnons-nous et absorbons-nous le type de nourriture qui est sain pour notre corps et notre esprit, celui qui nous aide à grandir et à nous épanouir ?

Quand nous prononçons des paroles qui nous enrichissent et qui aident notre entourage à mieux vivre, nous nourrissons l’amour et la compassion…

Nous absorbons souvent des informations toxiques provenant de ceux qui nous entourent, tout comme de ce que nous regardons et lisons…

Ce que vous lisez et écrivez peut vous aider à guérir, alors soyez attentif à votre consommation… tout ce que vous écrivez peut vous nourrir et nourrir celui à qui vous l’écrivez.

Comment savoir quelle communication est saine et laquelle est toxique ? L’énergie de pleine conscience est un ingrédient nécessaire à une communication saine. La pleine conscience exige un lâcher prise des jugements… (elle) vous aide à reconnaître si la pensée que vous venez de produire est saine ou non, si elle est compatissante ou malveillante…

Si (une conversation toxique) a lieu près de vous, soyez-en conscient. Vous avez besoin de suffisamment de pleine conscience pour ne pas vous imprégner de cette souffrance. Protégez-vous avec l’énergie de la compassion, pour que, lorsque vous écoutez, au lieu de consommer des toxines, vous produisiez activement plus de compassion en vous-même. En écoutant ainsi, vous êtes protégé par la compassion, et l’autre personne souffre moins."

Merci Thich Nhat Hanh pour ces mots qui me nourrissent,
now j’ai du boulot, et vous ?

Le 25.09.2015 - Par Sylvie Desqué 
Partager
Commentaires
Pas encore de commentaire. Soyez le premier à donner votre avis.
Laisser un commentaire
Ajouter un commentaire

* - champ obligatoire

*




*
Image CAPTCHA pour prévenir l'utilisation abusive Si vous ne pouvez lire toutes les lettres ou chiffres, cliquez ici. *