Les 50 clés du management relationnel

Evaluez-vous et Améliorez votre savoir faire managérial.

Pour vos collaborateurs, vous devez être à la fois un modèle de comportement et une source de savoir. Ce livre va vous aider à répondre à ces attentes, mais surtout vous permettre de mesurer et d'améliorer en permanence vos compétences de manager.

Face aux nombreux enjeux relationnels auxquels vous êtes confronté au quotidien, vous apprendrez à mettre en oeuvre des techniques opérationnelles fondées sur une véritable réflexion pour vous aider à fortifier votre "posture managériale" :

  • Stimulation de la créativité, de l'innovation;
  • Résolution de problèmes et anticipation;
  • Définition et optimisation des domaines de compétence grâce aux Carte de compétences©;
  • GPEC et Gestion des carrières;
  • Recrutement de collaborateurs;
  • Management des Séniors;
  • Délégation et motivation;
  • Accompagnement des collaborateurs tout au long de leur carrière;
  • Communication positive© efficace;
  • Conduite des réunions et entretiens;
  • Maîtrise des situations conflictuelles et des interlocuteurs les plus difficiles;
  • Conduite du changement;
  • Prévention des Risques Psychosociaux, du Stress et du burn out, ...

Lire la suite...

Les RPS liés aux dysfonctionnements relationnels

Conférence sur RPS en novembre 2013 SALON ELOISE La Réunion

Au travail, les comportements  et les relations interpersonnelles -trahissant des besoins psychologiques et des attentes sociales, et un niveau de stress sous-jacent- sont parmi les principaux éléments à l'origine des RPS. Les dérives de ces attitudes augmentent la probabilité des dysfonctionnements dans l'entreprise ou l'organisation. Travailler en équipe ou manager devient alors presque impossible tant chacun reste sur ses positions, réagit selon son humeur hostile, ou est écrasé par un épuisement insurmontable. Ainsi elles peuvent rapidement provoquer l'apparition de troubles ergo-psychopathologiques (TEP).

Comment diagnostiquer ces comportements, évaluer leur niveau de risque et prévenir les TEP qui en résultent ?

Grâce à l'éclairage apporté par des indicateurs éprouvés, chacun peut prendre conscience à la fois de son comportement pathogène et des conséquences du comportement d'autrui sur son équilibre psychologique et l'harmonie des relations professionnelles. Et au final, sur l'efficacité de l'organisation et du management relationnel.

Lire la suite...

RH et Optimisation des Compétences dans le domaine de la Santé

Alain LABRUFFE et Nathalie DESCAMPS, spécialiste du monde de la Santé, s'associent pour proposer une Ingénierie des Ressources Humaines et une optimisation des compétences pour les personnels des secteurs santé.

Ce livre, véritable boîte à outils de l'ingénierie des ressources humaines, rassemble tout le matériel nécessaire pour développer et évaluer l'efficacité personnelle, les compétences relationnelles ainsi que le management relationnel.

La troisième partie propose un référentiel d'évaluation de l'ingénierie des ressources humaines, un référentiel des actions de la GPEC utilisable tout au long de la carrière d'un salarié, de son entrée à son départ, et enfin un exemple technique de référentiel des soins infirmiers présente une application concrète sur le terrain de la méthodologie de l'évaluation.

 

Cet ouvrage sera un levier formidable pour toutes les organisations désireuses de favoriser l'amélioration continue de tous et consolider l'un des piliers fondamentaux de la performance sociale : l'épanouissement personnel dans le droit fil de la norme ISO 26000.

 

 

Lire la suite...

Les Principes de la Communication Positive©

La Communication Positive© est une méthode relationnelle, initialement pour le management sensible, qui a fait l'objet d'une première formalisation en 1997 (voir article Il était une fois... la Communication Positive©) après de multiples formations auprès de publics variés de l'industrie, du commerce, de l'enseignement, des services de l'administration et du secteur santé.

Le terme "Positif" se réfère aux 6 volets fondamentaux qui composent cette méthode de dialogue utile dans toute relation délicate et dans tous les cas où l'autre s'oppose, ne veut pas ou dit qu'il ne sait pas :

  1. L'état d'esprit général ouvert et optimiste : il inspire l'authentique praticien de la communication, dans la mesure où il faut et il suffit de décider instantanément d'être positif pour le montrer ensuite immédiatement dans son comportement. Revenons au précepte de Carl Rogers qui invitait ceux qui s'engageaient dans la relation d'aide, centrée sur l'autre, à avoir une "perception positive de la relation". Cette décision suppose de renoncer à toutes les excellentes raisons que nous avons de faire notre mauvaise tête, d'être d'humeur massacrante ou en colère contre autrui. Prendre les choses du bon côté, aller de l'avant et rester optimiste en se projetant vers l'avenir pour avoir prise sur lui, sont les déterminants de cette décision capitale pour la relation qui s'instaure. Pour se faire, il faut respirer profondément, penser, percevoir, ressentir et agir "positif" et graver son cerveau de même.

  2. Le comportement manifeste : il se traduit par un corps et des gestes ouverts, envoyant ainsi un message général d'accueil de l'autre et de satisfaction concernant la rencontre qui s'annonce, surtout si celle-ci est devancée par des antécédents difficiles et un contexte complexe. Là encore, il s'agit d'une décision réfléchie qui prépare notre affectivité à être conciliante. Ainsi il s'agit de respirer profondément en activant l'état d'esprit positif afin de commander au corps cette ouverture : pieds à plat sur le sol et jambes disjointes pour se stabiliser, buste tonique, épaules relâchées, mains et bras décroisés, visage ouvert et regard attentif, intonation dynamique, articulation posée et rythme ralenti.

  3. Le vocabulaire choisi : le communicant utilise des formulations affirmatives, une syntaxe positive, et un effort constant est effectué pour éviter les négatifs absolus qui nous mettent en opposition avec autrui de façon incontrôlée. Ces négatifs sont autant de tics expressifs incompatibles avec la réflexion nécessitée par le dialogue (non, oui...mais, mais si!, essayer, petite question, problème ou schtroumpf, ne...pas, faute, coupable, etc). De même certains mots doivent être évités car ils font partis du vocabulaire négatif ou tabou de l'autre (cher, réclamation, critique, etc.) et, s'ils sont formulés, peuvent déclencher une opposition instinctive de l'interlocuteur voire une rupture de la communication manifestée par de la colère, ou un refus d'écouter la suite...

  4. La transformation des négatifs d'autrui : ils se manifestent par des objections, des questions pièges et des critiques que le communicant s'efforcera de transformer en valeurs de convergence et de progression du dialogue. Dans chacune de ces situations d'opposition, il devra prendre une profonde inspiration pour se détacher de la contrariété, et ainsi prendre la distance suffisante pour repérer le mot-clé dans le propos d'autrui. Ce faisant, il est obligé d'observer un silence d'environ deux secondes lui permettant de préparer une réponse relationnelle qui implique son interlocuteur. En utilisant une formule d'amortissement valorisante, la réponse fournie lui permettra de garder le cap du dialogue et d'impliquer autrui dans une nécessaire poursuite de la relation engagée jusqu'à obtenir un accord, en dépit de la réitération des objections qui vont, les unes après les autres, être mastiquées et digérées par cette patiente transformation des négatifs en autant de positifs.

  5. L'exposé des faits : en apportant des preuves, des exemples concrets et des chiffres vérifiés, le communicant s'efforcera donc de toujours resituer son interlocuteur (et lui-même aussi, bien entendu !) trop heureux de souvent s'échapper dans de grandes idées générales, de s'égarer dans les méandres de "conserves culturelles" ou de pensées inopérantes, de renvoyer la responsabilité de ses actions échouées à d'autres, à ratiociner dans un passé mort depuis longtemps, ou quelquefois même à se réfugier dans des émotions et des "rackets" hors de propos.

  6. La démarche : elle est anticipatrice, rigoureuse et stratégique. Elle est élaborée par le communicant à partir d'une préparation minutieuse du dossier à traiter, des points forts et arguments majeurs qui en découlent, des objections qui peuvent être fournies par un interlocuteur prompt à critiquer et des scénarios éventuels qui peuvent se dérouler pendant la modalité de rencontre, entretien ou réunion. Une étape préalable montre toute la finesse de la préparation quand celle-ci se matérialise par la visualisation de la rencontre et de son déroulement dans une scène mise en image de façon éveillée et consciente.

Lire la suite...

Jiminy : un coach?

Jiminy Cricket le coach

Vous connaissez tous ce petit personnage qui accompagne Pinocchio avec beaucoup de bon sens… Jiminy souffle à l’oreille de Pinocchio comment il doit se comporter, ce qu’il doit dire, ou le console et l’encourage quand Pinocchio trouve qu’il est trop difficile de progresser. Notons aussi que Jiminy fait preuve d’humour afin d’alléger les sentiments de Pinocchio.

Si aujourd’hui je l’utilise pour une catégorie de ce BLOG, c’est que des stagiaires d’une prépa à l’ENM m’ont surnommée  « Jiminy les bons conseils » et que je trouve que ça correspond bien à mes activités de coach ou de formateur.

Donc, je compte utiliser ce petit personnage (à l’occasion) pour apporter un conseil, une réflexion, un questionnement concernant les relations, la communication,  le management, les RH, la recherche en neuroscience, la gestion du stress, la méditation et tutti quanti…

Ou pour partager les réflexions et conseils d'Experts...

Si vous vous sentez l’âme de Jiminy, merci à vous de me laisser des messages, et partageons sur nos thèmes de prédilection…

Lire la suite...